Le MUFF, c’est l’amour, du poétique, du pornographique, du beau, du politique, du bizarre, du comique, du romantique, du violent, du sibyllin, du féministe, du laid, de l’occulte, du contemplatif, du pauvre, du spirituel… des souterrains.
Les rebuts, les parias, les boiteux, les très vieux, les anonymes, … Le cinéma et la musique laissés sur le bord de la route, mais qui continuent de naviguer, hors du circuit.
Quitte à jeter les yeux dans le vide de ces temps obscurs, c’est cette ligne de crête que nous souhaitons partager. Elle demande de regarder le contexte spécifique lié à la ville que nous habitons, que nous pratiquons et ce qui résiste. Elle traverse les lieux qui nous accueillent, nos imaginaires individuels et collectifs. Elle nous empêche de nous dépolitiser. Elle oblige à l’évolution constante, à la mutation et au questionnement. Elle nous permet de (nous) déranger.
Bref le MUFF, sans marcher sur des œufs, nous permet de montrer ce qui prend et trouve grâce à nos yeux. De participer à rendre visible quelque chose quelque part.


Nous souhaitons aussi vous rappeler, chers publics, que l'association MeUF, vaisseau-mère depuis lequel est directement libéré le MUFF, est toujours une structure indépendante, sans salarié et - pour le moment - sans subvention, autogérée et qui vit grâce à l'énergie de ses bénévoles, à la bienveillance des lieux qui l'accueillent, à l'amitié de ses partenaires et surtout grâce à vous.